Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Valérie Marret Soprano

La deuxième partie, après un changement de toilette, faisait la part belle à la Zarzuela avec divers airs, dont un de Saint-Saëns, interprété en solo et en duo.  Sous les applaudissements du public le duo offrait en cadeau « La Veuve Joyeuse » de Lehar, « Heure Exquise »Toujours en duo « La Veuve Joyeuse… »

« Opéra & Zarzuela » comme un air de famille … avec le baryton Frédéric Cornille, entouré de Valérie Marret soprano et Marie Arnaud au piano ont séduit le public vendredi 13 mai à La Cigalière de Sérignan.

Valérie Marret, soprano

Frédéric Cornille, Baryton

La première partie consacrée à l’Opéra, les deux chanteurs interprétaient des airs de solo et duo tirés de Mozart (Don Giovanni  et les Noces de Figaro). Valérie Marret  a surpris le public avec une admirable interprétation  vocale dans « La Wally » et « l’Air des bijoux »  de Faust.  Frédéric Cornille confirmait son statut de baryton le plus prometteur et le plus convoité de sa génération en interprétant avec sensibilité un air des « Puritains » de Bellini et « L’invocation de Valentin » de Faust. Mais c’est avec son « Largo al factotum della cita », air de Figaro dans « Le Barbier de Séville » de Rossini, parfaitement interprété et… joué, que Frédéric Cornille allait   déchaînait les applaudissements nourris d’un public conquis. Cette première partie se terminait sur un duo peu connu mais passionné extrait de « Paillasse ».